Logo Le Parigot

Le Parigot - Le Média des Parisiens

Saleté dans Paris : intensification des amendes
Depuis qu'Anne Hidalgo est maire, la saleté a augmenté dans Paris © DR

Saleté dans Paris : intensification des amendes

Anne Hidalgo a présenté aujourd'hui un grand plan pour "faire mieux et davantage" en matière de propreté dans Paris. L'opposition dénonce des mesures cosmétiques et insuffisantes.

Alors que Paris est de plus en plus sale, son maire prévoit que la verbalisation sera "intensifiée" contre les jets de mégots et autres dépôts sauvages.
"Je ne veux pas nier ou contourner les difficultés", a lancé Anne Hidalgo devant le Conseil de Paris, en détaillant ce plan pour tenter de venir à bout de l'un des principaux sujets de récrimination des habitants ou des touristes dans la capitale française.
Il prévoit une hausses d'effectifs (100 agents), des achats de matériels (22 millions d'euros) et la création d'un nouvel horaire de nettoyage en soirée (15h45-23h30) avec sept équipes mobiles sur des secteurs prioritaires, lieux touristiques, de pique-nique, etc.
Il s'agira aussi d'être "intransigeant contre ceux qui dégradent l'espace public", a indiqué le maire. L'objectif est d'augmenter le nombre d'agents verbalisateurs de 50% d'ici l'été 2018, par le biais du déploiement progressif de la "brigade des incivilités" installée en septembre dernier.
Selon la Ville, 33.000 amendes ont été infligées en 2015, 37.000 en 2016. Depuis le 1er octobre 2015, tout jet de mégots, dépôt sauvage ou autres déjections peut coûter 68 euros à son auteur.

"Des ambassadeurs"
Une "journée du grand nettoyage" sera organisée en juin "pour en faire un moment crucial de prise de conscience", selon Mme Hidalgo. De même, seront installés des "ambassadeurs" de quartiers et des actions cibleront les écoles.
En outre, 1,5 million d'euros sera affecté à la dératisation et les outils numériques à disposition des habitants comme l'application "DansmaRue", qui permet de signaler les problèmes, seront modernisés.

"Des mots, rien que des mots"
Pour sa part, l'opposition, globalement critique, a demandé plus de pouvoirs aux maires d'arrondissement et des mesures pour lutter contre l'absentéisme des agents.
Ce "énième plan" sur la propreté se traduit par "des mots, rien que des mots", a lancé le maire LR du Ve arrondissement Florence Berthout. Quant aux 100 agents de plus, "cela correspond à peine aux effectifs manquants dans le seul XVe", a fustigé Nathalie Kosciusko-Morizet, chef du groupe d'opposition et députée.
Le seul "tournant" du plan est "la prise de conscience" de la maire, a jugé Maud Gatel (UDI-Mdem), réclamant une "obligation de résultats, pas seulement de moyens". Selon LR, la seule moitié des 550 millions d'euros levés en 2015 pour la propreté a été dépensée à cet usage, affirmation "tout simplement fausse" selon l'adjoint à la propreté, Mao Péninou.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.