La colère gronde au sein de la droite parisienne, après l'annonce de la candidature aux législatives de Nathalie Koscisko-Morizet dans l'actuelle circonscription de François Fillon, la 2eme de la capitale, en juin prochain.

C'était en effet Rachida Dati qui, logiquement, visait cette circonscription qui recouvre le Ve et une partie des VIe et VIIe arrondissements, VIIe dont elle le maire.

NKM qui, elle, habite le 14eme arrondissement, rue Froidevaux, où elle avait d'ailleurs fait campagne aux dernières municipales, aurait dû viser la 11eme circonscription. Mais celle-ci est réputée plus difficile pour la droite, alors que celle de François Fillon est une sinécure.

S'élevant contre ce "parachutage", des élus LR et UDI du VIIe arrondissement ont protesté mercredi soir : "Elus du 7e arrondissement, ont-ils écrit, nous tenons à marquer notre profond désaccord face au parachutage de NKM véritable "fait du prince" (...) Nous contestons cette investiture décidée en commission restreinte et regrettons de n’avoir été à aucun moment consultés".

Virulents, ils défendent leur championne Dati en s'en prenant à NKM en ces termes : "Après avoir offert aux socialistes la Mairie de Paris et obtenu seulement 2,6 % à la primaire de la droite et du centre, NKM n’a pas la légitimité nécessaire pour représenter les habitants de cette circonscription. En outre, il y a à peine trois ans, NKM brandissait l’étendard de la reconquête à travers la 11e circonscription. Elle semble aujourd’hui avoir renoncé à ce beau projet".

Le fait est que la stratégie de François Fillon, tant au niveau national qu'au niveau local, où il caresse dans le sens du poil ses adversaires d'hier au détriment de ceux qui l'ont fait élire - ainsi Sens Commun n'a obtenu que cinq circonscriptions dans toute la France, contre une cinquantaine à l'UDI - devient de moins en moins déchiffrable.

Elu sur un programme très droitier, le Sarthois semble virer vers la gauche de son camp. En attendant, la 11e circonscription est maintenant orpheline. Un joli coup à jouer pour un ou une téméraire de droite ?