Logo Le Parigot

Le Parigot - Le Média des Parisiens

Anne Hidalgo a inauguré le
Anne Hidalgo a inauguré dimance son fameux "parc rives de Seine". © DR

Anne Hidalgo a inauguré le "Parc Rives de Seine"

Les études d'Airparif ? Les plaintes des riverains et des automobilistes ? Peu lui chaut. Anne Hidalgo s'est promenée dimanche en bord de Seine.

"Vive la respiration" et "la "reconquête de la ville": Anne Hidalgo a inauguré dimanche dernier par ces formules, assez vides de sens, le parc "Rives de Seine", espace de détente au coeur de Paris dédié aux piétons et cyclistes sur les bords du fleuve. Et ceci, bien que la piétonnisation de la rive droite reste extrêmement contestée.
"Cela fait 15 ans que l'on rêvait de redonner aux piétons, aux enfants, l'usage de cette magnifique promenade", a affirmé le maire socialiste. En effet. il n'est pourtant pas certain que les automobilistes, pour la plupart travailleurs venus de banlieue, adorent autant qu'elle ce "parc urbain de huit hectares avec jeux et animations".
N'importe ! Mme Hidalgo a célébré ce "moment de fête" et "50 ans d'autoroute urbaine qui se terminent définitivement aujourd'hui". "Nous ne sommes pas antivoitures, nous sommes antipollution", a insisté la maire de la capitale, après avoir lancé un "Vive la vie, vive Paris et vive la respiration". D'ailleurs, comme disait Alphonse Allais, "on devrait construire les villes à la campagne parce que l'air y est plus pur".
La rive droite de la Seine, dont les berges sont classées au patrimoine mondial de l'Unesco, est officiellement interdite aux voitures depuis le 21 octobre par arrêté municipal, sur 3,3 km du quai bas le long de la Seine, de l'entrée du tunnel des Tuileries (Ier arrondissement) à la sortie du tunnel Henri-IV (IVe).
Cette piétonnisation, très surveillée par la préfecture de police et plusieurs observatoires, reste toujours contestée par des élus souvent de droite et de banlieue, selon lesquels elle provoque des embouteillages.
Les études sur la circulation, le bruit, la qualité de l'air, auxquelles la Ville s'est engagée pour six mois, font l'objet d'une bataille de chiffres entre la mairie de la capitale et la région Ile-de-France.


Festivus festivus
Sa présidente LR Valérie Pécresse, fer de lance de la contestation, a demandé au préfet de police, le 14 mars, de "prolonger l'expérimentation" de trois mois, une "expérimentation" jugée apparemment définitive par la maire de Paris.
Le parc "Rives de Seine" associe les 2,5 km déjà piétons de la rive gauche - du musée d'Orsay au pont de l'Alma (VIIe) - à 4,5 km de la rive droite, pour former un "espace de détente" mêlant animations culturelles et sportives.
Les animations du parc seront complétées dans les semaines qui viennent avec un restaurant employant des salariés en insertion, un café équitable, un magasin de souvenirs avec des produits issus du commerce équitable ou bio, un atelier vélo, etc.Une exposition évoque également "l'histoire des rives de la Seine, de l'autoroute urbaine créée dans les années 1970 au parc désormais rendu aux piétons et aux circulations douces", indique la Ville.
Les "tour-opérateurs de Tokyo ont déjà commencé à informer les futurs touristes de l'existence du parc", s'est encore félicitée Mme Hidalgo, répétant qu'il "fallait oser faire ce que l'on a fait, redonner cet espace aux promeneurs".

Festivus festivus, si cher à Philippe Muray, a décidément de beaux jours devant lui dans le Paris en toc que dessine Anne Hidalgo.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.