Logo Le Parigot

Le Parigot - Le Média des Parisiens

2ème circonscription de Paris : la guerre des droites
NKM serai confrontée à deux candidats dissidents de droite © Atlantico

2ème circonscription de Paris : la guerre des droites

Ça risque de chauffer dans quelques semaines au sein de la droite parisienne : l'ancienne circonscription de François Fillon est disputée par trois candidats de droite. Christian Jacob soutient NKM du bout des lèvres.

Christian Jacob, coordinateur de la campagne LR pour les législatives, a rappelé dimanche que Nathalie Kosciusko-Morizet avait l'investiture LR dans la 2e circonscription de Paris tout en soulignant que Jean-Pierre Lecoq, candidat dissident face à elle, est "un homme de valeur".
Interrogé lors du Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro sur le fait de savoir s'il soutenait NKM, confrontée à la dissidence du maire LR du VIe arrondissement de la capitale, Jean-Pierre Lecoq, mais aussi de l'ancienne plume de Nicolas Sarkozy, Henri Guaino, le patron des députés LR a fait le service minimum: "C'est elle qui a eu l'investiture donc à partir de là..."
"Après, si vous me posez la question de savoir si Jean-Pierre Lecoq n'est pas un homme de valeur, eh bien, bien sûr que si !", a-t-il aussitôt ajouté.
Mais quel vote conseillerait-il aux électeurs de cette circonscription, qui englobe le Ve arrondissement de Paris et une partie des VIe et VIIe ? Christian Jacob a de nouveau éludé: "Il y a 577 investitures qui ont été données à des candidats LR, c'est eux qui ont l'investiture..."
"Jusqu'à maintenant, elle est toujours dans notre famille politique", a-t-il encore déclaré à propos de Mme Kosciusko-Morizet, en assurant n'avoir "de suscpicion sur personne" au sein des Républicains.
Ira-t-il faire campagne avec Nathalie Kosciusko-Morizet sur les marchés de sa circonscription ? "Moi, je fais campagne avec tous les candidats LR, partout (...) Il faudra qu'elle le demande...", a lancé M. Jacob.
Après avoir remporté la primaire de la droite pour la présidentielle, François Fillon avait décidé de céder sa circonscription à son ancienne ministre Nathalie Kosciusko-Morizet.
Une décision qui avait provoqué la colère d'élus LR de Paris, la maire du VIIe Rachida Dati dénonçant un "parachutage" tandis que d'autres déploraient que l'ex-candidate à la mairie de Paris quitte la 11e circonscription voisine, où elle avait été élue aux municipales de 2014, pour ce confortable bastion de la droite.
Outre MM. Lecoq et Guaino, NKM devra affronter le 11 juin 22 autres candidats, dont celui de La République en marche, Gilles Le Gendre.
Mme Kosciusko-Morizet, qui a signé l'appel d'élus de droite et du centre à saisir "la main tendue" d'Emmanuel Macron, avait espéré en vain ces derniers jours que le parti présidentiel renoncerait à présenter un candidat contre elle, comme c'est le cas face à d'autres responsables de droite tel Franck Riester.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.